> Accueil > Hôtel de Ville > Services de sécurité publique > Services de Police > Salle de Presse > Nouvelles > Déclaration du chef sur les agressions sexuelles

Déclaration du chef sur les agressions sexuelles

15 juin 2020

Une importante conversation concernant les agressions sexuelles, et la réponse historique de la police de Saint John aux cas d'agression sexuelle, a eu lieu en ligne récemment.

Je voulais profiter de cette occasion pour parler à la communauté de l'accent prioritaire que nous mettons sur la lutte contre les crimes d'agression sexuelle, des services disponibles pour aider les victimes et de la façon dont nous suivons les progrès réalisés dans les enquêtes et la répression de ces crimes.

La violence sexuelle est tout comportement préjudiciable ressenti de nature sexuelle qui n'est pas désiré et qui a lieu sans le consentement de la victime. Elle se produit tous les jours au Nouveau-Brunswick. Pourtant, moins d'un cas sur vingt est signalé.

Nous encourageons les survivants à se manifester et à signaler ces crimes. En cas d'urgence, composez le 9-1-1. Vous pouvez également nous joindre dans une situation non urgente par téléphone au (506) 648-3333, par courriel à saintjohn.ca ou en vous présentant à la gare au 1 Peel Plaza.   

La Force compte des membres assermentés et civils qui, avec divers groupes de soutien communautaire, sont disponibles pour travailler avec toute survivante de violence sexuelle et enquêter sur son cas.

En outre, notre unité de services aux victimes est disponible 24 heures sur 24, sept jours sur sept pour offrir un soutien par le biais d'une intervention de crise et d'un suivi à long terme à toute personne ayant été victime d'un crime ou ayant subi un événement traumatisant.

En 2017, le Globe and Mail a publié une étude nationale sur le pourcentage de cas d'agression sexuelle jugés "non fondés" par la police dans tout le pays entre 2010 et 2014. Vous pouvez trouver cette étude à l'adresse suivante :
https://www.theglobeandmail.com/news/investigations/unfounded-sexual-assault-canada-main/article33891309/

Avec un taux provincial de 32 % (contre une moyenne nationale de 19 %), il était évident qu'une analyse urgente était nécessaire - y compris ici à Saint John, où il a été signalé que notre ville avait l'une des moyennes les plus élevées du pays, avec 51 %.

À Saint John, mon prédécesseur, le chef Bates, a mené une étude interne qui a révélé que la Force avait utilisé le terme "non fondé" d'une manière qui n'était pas cohérente avec les autres forces de la province et du pays. Il était utilisé de manière trop large (par exemple, s'il n'y avait pas assez de preuves, si le suspect ne pouvait pas être identifié ou si la victime ne voulait plus poursuivre l'enquête) ; les agents clôturaient les dossiers en utilisant la classification incorrecte de "non fondé" au lieu de "non autorisé" ou "autorisé autrement".

Depuis lors, nous avons travaillé en étroite collaboration avec d'autres forces canadiennes pour normaliser la manière dont nous classifions les données afin de garantir que nous produisons des études et des rapports précis que nous pouvons partager avec la communauté de manière transparente et qui permettent des comparaisons et une action continue.

Une fois adoptée, l'approche plus normalisée a révélé que les agressions sexuelles non fondées à Saint John étaient de 12 % en 2017, 13 % en 2018 et 13 % en 2019.

Bien que cela soit conforme à ce qui est généralement observé dans d'autres centres canadiens, nous savons qu'il y a encore du travail à faire ici à Saint John.

Nous prenons très au sérieux les allégations d'agression sexuelle et la protection des droits des survivants, et nous nous efforçons toujours de faire mieux pour que les victimes soient entendues et soutenues.

D'autres ressources sont disponibles à l'adresse suivante :
https://www2.gnb.ca/content/gnb/en/corporate/promo/sexual_violence.html.html